Jusqu’à encore très récemment, pour devenir développeur, on passait principalement par la case école d’ingénieur. Mais ça c’était avant ! Depuis, les bootcamps ont ouvert de nouvelles possibilités à un public qui a déjà eu une première vie professionnelle. Une formation en accélérée, hyper intensive, sur les derniers langages pour être ultra demandé à la sortie de la formation. Et ça marche ! Le Wagon, WildCodeSchool, ou encore Simplon ou l’école 42 sont les champions dans le domaine. Mais que faire si vous ne pouvez pas vous libérer 3 mois en intensif ? Faut-il abandonner pour autant l’idée de se former ? Est ce que raisonnablement on peut apprendre tout seul ?

Alors autant vous le dire tout de suite, oui ! C’est possible. Même si d’autres commencent avec de supers instructeurs et les bonnes pratiques (ouch ! ), il y a tout ce qu’il faut pour se former en ligne, avec les livres, avec les meetups et j’en passe. La question est plutôt (et elle est valable aussi pour ceux qui suivent un bootcamp), est ce que je suis prêt à apprendre ? Vous avez peut-être quitté les bancs de la fac depuis très longtemps. Le constat est que bien souvent, on arrête d’apprendre, on désapprend à apprendre. Parce que oui, c’est une habitude et qu’on l’abandonne bien facilement. Le plus gros des challenges est donc de se remettre dans une processus d’apprentissage. Que vous décidiez demain d’apprendre le chinois ou un nouveau langage informatique, même combat. Il faudra s’y mettre.

Alors comment apprendre à apprendre ?

  • Se fixer des objectifs façon baby steps : le développement web est très vaste et peut vite vous sembler une montagne infranchissable. En réalité, la plupart des développeurs même les plus expérimentés vous feront le même constat ! Plus on apprend, moins on en sait. Alors commencer avec des objectifs atteignables: que ce soit en durée, en fréquence ou en résultat. Pourquoi ? Décomposer votre parcours en petites étapes va vous permettre de réaliser plus souvent vos objectifs. Cela amène à une plus grande satisfaction et à moins d’abandon.
  • Aimer le process : parce que c’est tout ce qui compte, et c’est ce que vous allez faire le plus souvent ! Comme dans tous les métiers, on passe son temps à préparer un résultat final. C’est l’indicateur à suivre pour savoir si vous devez poursuivre dans cette voie. Coder, c’est un cycle d’expérimentation, de test et de validation. Et on répète le cycle devant chaque nouveau challenge.
  • Poser des questions : vous pensez être tout seul dans l’aventure ? C’est sans compter sur les communautés de développeurs prêts à vous aider, à vous proposer des solutions, vous faire part de leurs retours d’expérience. Pour presque chaque langage, vous trouverez des forums spécialisés, animés par des passionnés, où vous pourrez poser toutes vos questions. Aussi, des plateformes plus généralistes comme StackOverflow sont une mine d’information. L’idée est donc de ne surtout pas se décourager : vous trouverez surement de l’aide si vous demandez !
  • Ethique de travail. C’est la grande différence entre l’obéissance et la discipline. Disons le tout simplement : on est habitué à suivre des instructions (à l’école, au boulot…). On exécute ce qu’on nous demande, parfois même on a l’impression que l’idée vient de nous. Mais apprendre dans son coin quelque chose pour soi, ça c’est l’affaire de la discipline, d’une éthique de travail. Et cela ne peut venir que de vous. Mais rassurez-vous, une fois que la machine est lancée, vous trouverez toute l’aide nécessaire pour avancer. C’est l’avantage que vous avez par rapport à ceux qui suivent un cursus plus classique : vous développez déjà des qualités indispensables à votre progression. 

D’ailleurs, continuons à coder ensemble. Dans l’épisode précédent, vous avez téléchargé l’éditeur de texte SublimeText. A présent, ouvrez SublimeText. Sur la première ligne, écrivez Hello World!

Puis enregistrer votre document en tant que index.html sur votre bureau en allant dans le menu File> Save As. Remarquez l’extension est en HTML. Grâce à cette extension, le navigateur va reconnaître votre document en tant que page web.

A présent, depuis votre bureau, double-cliquez sur votre document et choisissez de l’ouvrir avec votre navigateur préféré (Safari, Chrome…)

Votre navigateur s’ouvre et laisse apparaitre votre premier Hello World!

Bravo ! Vous avez créé votre première page web et le navigateur affiche le contenu que vous avez écrit depuis l’éditeur de texte. Ce Hello World est encore un peu mince pour constituer une véritable page web, pourtant le fait qu’il s’affiche correctement assure que votre page index.html peut bien être affichée par un navigateur.

Dans le prochain article, vous découvrirez à quoi servent ces fameuses balises HTML dont vous avez surement déjà entendu parler.

Bon code !

 

Catégories : blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *